La justice chevaleresque
Le blog de Véronique Fontana

Pigeon voyageur belge… Vous avez pigé ?

Retour au blog
23/11/2020 | Articles, Droit civil, Divers

La chronique zoologique nous apprend qu’un pigeon femelle belge nommé New Kim a été adjugé lors d’une vente aux enchères belge à un industriel chinois pour le prix stratosphérique de 1,7 million de francs.

Cette somme hallucinante n’est toutefois pas unique puisque des montants fous sont payés chaque année pour ces volatiles alors même que d’autres (notamment certaines collectivités publiques) ne cessent de les éradiquer.

Ces oiseaux, dignes des ultra marathoniens des temps modernes, parcourent en compétition des distances faramineuses allant jusqu’à mille kilomètres.

Lors de ces raids ils composent avec les dangers les plus sévères tels que rapaces, obstacles naturels ou humains, mais ils sont capables, sans que l’on sache vraiment pourquoi, de rentrer au bercail en empruntant les trajets les plus divers.

Certains s’égarent néanmoins, s’arrêtent pour roucouler dans une autre langue que le hollandais, d’autres cherchent asile dans les contrées au climat plus clément.

Mais ils sont de vrais athlètes, entraînés pour briller, et leur cursus est jalonné d’expériences et de compétitions.

Devant de tels enjeux financiers la tentation du dopage est grande et les contrôles y relatifs particulièrement pointus.

*   *   *

Cette histoire, si anecdotique soit-elle en apparence, relève la passion irréductible du genre humain pour la compétition animale.

Que ce soient les courses de vitesse de chevaux, de chiens ou autres, les concours d’agilité, de précision ou de beauté, l’Homme a toujours porté sur un piédestal les animaux qui lui sont chers. Et pour ces compétiteurs, à deux ou quatre pattes, les prix sont sans limites.

La particularité du pigeon voyageur est toutefois sa capacité hors norme à se mouvoir sur de très longues distances dans un environnement hostile.

Il tente toujours de rentrer à son domicile avec ou sans boussole ou GPS.

*   *   *

Pourrions-nous en faire de même ?

Et pourrions-nous toujours revenir après une course folle et débridée à notre point d’attache originel, à savoir notre petit jardin secret ?

Ici, ce volatile aux allures bien communes nous apprend la détermination et le fait de tendre toujours vers un objectif unique par devers les obstacles de toutes sortes.

C’est un véritable modèle du genre.

Dans ces temps troublés, où les certitudes vacillent, où les fake news nous inondent et où on se demande si notre planète ne tourne pas à l’envers, espérons simplement que, nonobstant son prix, New Kim apporte rapidement de bonnes nouvelles en Chine ou ailleurs.

Bon voyage et bon vol New Kim !

Votre petite Colombe d’avant Noël,

Véronique Fontana

Etude Fontana
Etude d’avocats

Commentaires

2 réponses à “Pigeon voyageur belge… Vous avez pigé ?”

  1. Bertrand Bandollier dit :

    C’est chou, l’histoire du pigeon ! Merci

  2. Olivier Wilhem dit :

    Un pigeon achetant une pigeonne… un million sept cent mille de nos bon vieux francs suisses, quand on aime on ne compte pas!
    On souhaite aux deux amoureux que leur GPS leur signale le moyen-orient comme zone dangereuse, même si les faucons de chasse de leurs émirs n’atteignent pas cette somme 🙂

    P.S. J’ai essayé par deux fois, avec un couple de colombes en liberté, enfermées en volière la nuit.
    Mais elles ont chaque fois disparues après un mois, alors attaque de rapace ou retour à l’éleveur…
    … mystère et boules de gomme ????

    C’est assez bon, l’éleveur qui vend ses oiseaux trente fois, sachant qu’ils reviendront au pigeonnier, d’où sans doute l’expression « pigeon »?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *